Législation&outils

Comment devenir négociateur immobilier à son compte

Pratiquer le métier de négociateur immobilier requiert avant tout de satisfaire à certaines exigences. De l’autorisation à exercer à la souscription d’une assurance professionnelle, telles sont les démarches qui conditionnent l’ouverture d’un local d’activité. Retrouvez plus de détails ci-après.

Obtenir la qualification du métier

Le futur négociateur immobilier doit justifier d’une qualification au métier. Il le pourra notamment en détenant la carte T, qu’il lui est possible d’obtenir de différentes manières. Soit en étant titulaire de diplômes dont un BTS option ‘’Professions immobilières’’ ou un Bac+3 dans des domaines connexes. Soit en justifiant d’une expérience professionnelle en la matière acquise auprès d’une personne bénéficiaire de la carte T. La demande se fait en outre auprès de la Chambre de commerce et d’industrie, seul organisme habilité à en délivrer.

Ce certificat vient par ailleurs corroborer les aptitudes du candidat à officier en qualité de négociateur immobilier. À partir de là, il est bien fondé à entamer les différentes formalités nécessaires à s’installer à son compte.

La création de l’entreprise

Pour paraître crédible, le négociateur immobilier doit avoir un local professionnel où exercer son activité. Cela implique entre autres qu’il devra conférer une existence légale à son agence immobilière en lui attribuant un statut juridique. Ainsi en tant qu’indépendant, il pourra évoluer sous deux formes réglementaires : en Société à responsabilité limitée (SARL) ou en Société par actions simplifiées (SAS).

Après le choix de la forme légale de son entreprise, l’agent devra établir les statuts de sa société. Il lui faudra ensuite faire une publication dans le journal officiel. Pour finir approcher les services compétents afin de procéder à l’immatriculation de l’entreprise.

L’obtention d’une caution légale

Le négociateur immobilier sera appelé dans le cadre de son activité à détenir des fonds appartenant à des tiers. Dans ce cas, il lui faut une garantie de capacité financière pour assurer aux créanciers de disposer de leur argent. Par ailleurs, la garantie financière s’impose à ce professionnel. Il lui revient alors de contacter impérativement une assurance ou un établissement financier afin d’y souscrire.

Souscrire à une assurance professionnelle

Cette démarche constitue la dernière dans le processus de mise en place des activités du négociateur immobilier. Celui-ci devra en effet souscrire impérativement à une assurance responsabilité civile professionnelle. Cette couverture le protégera notamment en cas de risques financiers ou de dommages corporels pouvant intervenir dans le cadre de ses activités.

Une fois cette tâche réalisée, le professionnel de l’immobilier peut commencer à travailler à son compte. Cependant, au regard de la réglementation régissant la profession, et pour être en phase avec celle-ci, il devra adopter quelques attitudes.

Pour commencer, les références relatives au numéro de la carte T doivent figurer sur les documents professionnels de l’agent immobilier. On doit également y retrouver les coordonnées de la banque ou la compagnie d’assurances ayant fourni la caution légale. Le négociateur immobilier doit aussi donner tous les renseignements incluant la tarification de ses prestations. Pour finir, toutes les transactions portant sur un fonds de commerce ou un immeuble doivent être dûment signées et établies.

A lire également